Lheuredelacigogne

Un site utilisant unblog.fr

 

Les agaçants de la grossesse

Quand on est enceinte, les gens sont gentils : ils se préoccupent plus de nous que d’habitude, ne font pas la gueule quand on les grille à la caisse prioritaire au supermarché (sauf les malotrus), nous félicitent à l’occasion, sont généralement prévenants.

Mais quand on est enceinte, les gens sont chiants, aussi. Pas tous, heureusement. Mais voilà quelques exemples  de comportements qui m’agacent.

 

- ceux qui nous appellent « p’tite mère » / « petite maman » (avec soutire mi-bienveillant, mi-rire dans la voix) : quand j’entends ça, j’ai l’impression d’avoir huit ans, et de jouer à la poupée, de faire semblant. Et je perçois une sorte de condescendance qui m’énerve.

 

- la main sur le ventre. Soyons honnête, il y a ceux qui demandent (bien !) et ceux qui ne demandent pas (pas bien !). Entre les deux (pas bien non plus…), il y a ceux qui demandent pour la forme, mais ne te laissent pas le temps de réagir ou de répondre avant de mettre la paluche sur le ventre. Intrusif, non ? En ce qui me concerne, je fais partie des très nombreuses qui refusent qu’on leur mettre la main au bidon sous prétexte de toucher le bébé. Jusqu’à preuve du contraire, même s’il contient un locataire, mon ventre, c’est mon corps à moi.

 

- « non, c’est le bébé qui a faim ». Rien de plus agaçant que de ne plus avoir le droit de dire « j’ai faim » sans être systématiquement corrigée de la sorte. En gros enceinte, je n’ai plus de corps car c’est devenu le corps du bébé. Réjouissant, non ?

Notez, d’ailleurs, que quand bien même j’aurais plus faim que d’habitude (et ça a carrément le cas tout au long du premier trimestre), le bébé, lui, n’a pas faim, il se sert. C’est open-bar. En revanche, s’il s’amuse à dévaliser le buffet, c’est moi qui suis en rade. Et qui ai faim, donc.

 

- « le bébé, ce sera le centre de votre monde, mais pas celui des autres, hein » = faites pas chier.

Le bébé n’est pas encore là, mais les gens vous préviennent d’emblée que quand vous les verrez après la naissance, faudra surtout pas leur bouleverser leurs petites habitudes. Sympa.

Ou alors ils vous croient incapable de conserver une vie normale après l’arrivée du bébé, genre parent parano-possessif. Même si rien n’indique dans votre tempérament que ce sera le cas. Mais c’est pas grave, ça fait toujours plaisir de s’entendre donner des leçons, surtout gratuites et dans le vide.

 

- les parents et beaux-parents qui oublient que l’enfant sera le vôtre et non le leur : ils vous dissuadent lourdement d’installer la table à langer dans la chambre du bébé, insinuent « subtilement » pendant une demi-heure que le parc, c’est bon pour les parents égoïstes, ou mentionnent leurs prénoms préférés (vous croisez les doigts pour qu’ils ne tombent pas sur le prénom choisi, ça vous rebuterait).

Ce dernier point est déjà moins grave, parce qu’on peut plus facilement se permettre de mettre les points sur les « i » de ses parents quand ça se justifie. Pour les beaux-parents, c’est souvent mieux de laisser le conjoint se débrouiller. Ceci dit, on ne maîtrise pas toujours ses nerfs, et ce n’est pas forcément un drame.

naina - petit

Et vous, qu’est-ce qui vous agace ?

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 27 février 2014
A 1 h 07 min
Commentaires : 0
 
 

Maman et radine, chapitre 2 – les fringues de grossesse

Pour moi qui ne suis pas une grande fashion-addict, investir dans des habits dont je n’aurai l’usage que quelques mois, ça me gave un peu, il faut bien l’avouer.

J’ai réussi à limiter les dépenses dévouées à ce poste. En fait, si je n’avais pas fini par craquer au cours du septième mois, les dépenses « fringues de grossesse » auraient été entièrement compensées par l’année et demie de mise en pause du budget « pilule ».

 

Quelques astuces pour épargner au maximum votre carte bleue (qui en verra d’autres)

:

- si vous avez des copines de morphologie semblable à la vôtre, et qui ont plus ou moins accouché à la même période de l’année que vous, c’est tout benef.

 

- attendez les soldes : j’ai appris ma grossesse début juillet, c’était pratique. L’âne vert, Quihabille et La Grande Crainte proposaient des articles peu chers (moins de 10 euros). J’ai trouvé, par exemple, quelques tops (j’y reviendrai), un jean pas mal à 15 euros, une robe d’été de qualité médiocre, mais a prix cassé, qui me fait une parfaite nuisette.

 

- en ce qui concerne les tops, optez pour les modèles évolutifs « grossesse / allaitement » (si vous comptez allaiter). Comme ça, les habits serviront un peu plus longtemps. L’âne vert en propose des pas chers, mais pas toujours terribles, car parfois trop fins (ceci dit, si c’est pour mettre sous le pull, hein…).

 

- si vous portez habituellement des jeans taille-basse et que vous faites partie des chanceuses qui ne prennent QUE du bide : parfait, ils vous iront longtemps. Personnellement, j’ai gardé l’un d’entre eux jusqu’à 6 mois passés, et l’autre jusqu’à quasi 7 mois. Jusu’à +10 kgs.

 

- avant de passer aux habits de grossesse, utilisez les habits un peu amples qui étaient déjà dans votre garde-robe. Puis des habits que pourraient vous prêter des copines de corpulence juste un peu supérieure à la vôtre. Ca ira très bien dans un premier temps.

 

- les soutifs (le paragraphe de la honte) : j’en avais quelques-uns d’usés qui s’étaient distendus, donc agrandis. Du coup, je confesse que j’ai mis mes soutifs pouraves, qui d’ailleurs ont très bien rempli leur mission jusqu’à 6 mois bien tapés. Après, je suis allée chez Qui-habille et ai trouvé à vil prix deux modèles « spécial allaitement », pas davantage, car je vais sans doute changer de taille d’ici à la fin de la grossesse / début de l’allaitement. À quasi 8 mois, j’en ai repris un chez l’Âne vert, en fin de soldes d’hiver.

 

Après, j’avoue un craquage au cours du septième mois : j’en ai eu marre de porter tout le temps les mêmes fringues. Donc, en considérant que 1- c’était les soldes (d’hiver, cette fois), 2- c’est mon aîné, ça resservira, et 3- les T-shirts sont évolutifs, je suis allée sur le net en quête d’une JUPE et d’au moins un haut et un gilet qui iraient avec.

Comme ce coup-ci, les sites précédemment cités ne proposaient pas grand chose, en tout cas, pas grand chose de particulièrement peu cher (ou alors, plus dans ma taille – c’est l’effet « deuxième démarque »), pour quasiment le même prix, je suis allée directement sur le site http://www.enviedefraises.fr/, et sincèrement, je n’ai pas regretté. Les articles à la fois sympa, soldés et à ma taille avaient déjà été un peu pillés, mais j’ai trouvé mon bonheur à un prix plutôt convenable. Encore une fois, c’était un craquage, pas une dépense indispensable.

épingle à nourrice

Bilan de mon expérience de commande chez http://www.enviedefraises.fr/ :

Les avantages du site :

- les articles existent souvent dans pas mal de coloris différents.

- le rapport qualité / prix reste honnête (dans un secteur où j’ai l’impression que les gens ne s’emmerdent pas souvent sur les marges)

- tout est livré très vite

 

Les inconvénients :

- la livraison n’est gratuite qu’à partir de 79 euros d’achat : si on n’a qu’un article ou deux à acheter, ça augmente quand même sensiblement le prix de l’article.

- les tarifs ne sont pas sans rappeler ceux de la SNCF, car on constate parfois un écart de prix étonnant d’un coloris à l’autre pour un même article.

 

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 24 février 2014
A 13 h 55 min
Commentaires : 0
 
 

Crème anti-vergetures : Mustela vs. Weleda

Je vous le dis tout net : je suis une buse en crèmes, onguents, soins du corps et de la peau. La salle de bain, je m’y lave et je m’y peigne, point. Un vrai mec, en somme. Du coup, quand il a été question de choisir une crème anti-vergetures, je n’avais pas de marques fétiches, aucun a priori, que dalle. J’ai farfouillé sur le net, j’ai demandé à mes copines, et deux noms sont ressortis du lot : Mustela (crème) et Weleda (huile).

Creme 2

 

Alors, j’ai testé :

 

1- Efficacité.

Pas de vergetures pour l’instant (mais la pire période est devant moi). Franchement, j’ai l’impression que ça se vaut à peu près. La Weleda me semble un peu meilleure que sa voisine, mais je ne saurais le prouver.

 

2- Odeur

Pour moi, pas de nette préférence (la crème Mustela a peut-être une odeur de crème pour bébé qui lasse plus vite), mais Monsieur vote clairement pour l’huile Weleda.

 

3- Pénétration dans la peau

Les deux sont agréables à étaler, et pénètrent correctement, surtout la Weleda (ben oui, c’est de l’huile). La crème Mustela a une fâcheuse tendance à boulocher, ce qui n’est pas très glam. Weleda wins.

 

3- Incidence sur les vêtements

L’huile Weleda peut tacher les fringues, alors que la crème Mustela et ses vilaines bouloches n’ont aucune incidence sur les habits. Mustela remporte l’avantage sur ce point.

 

4- Transport

Le flacon de l’huile Weleda manque d’étanchéité, sachez-le. Du coup, si le flacon est penché, ça coule. Et ça, c’est extrêmement relou. Alors que le capuchon minable du tube de Mustela ne fuite pas. Un point de plus pour Mustela.

 

5- Verdict :

Weleda est chouette, mais pas pratique. Mustela est sympa et tient la route en toutes circonstances. Du coup, mon conseil : avoir les deux (une grossesse, c’est long, et la crème, ça se met tous les jours. Sauf si pas le temps. Sauf si flemme. Sauf si fatigue. Sauf…).

Personnellement, si tout va bien, si j’ai le temps de bien laisser sécher le tout avant de m’habiller (rapport à la préservation des fringues), ou tout simplement, si j’ai à portée du tissu qui ne craint rien pour éponger le surplus et ne pas salir mes habits, y’a pas photo, je prends la Weleda. On a l’impression que ça s’infiltre mieux, ça glisse bien, et Monsieur aime bien l’odeur.

En revanche, si je suis pressée, si je voyage, si j’ai besoin d’un produit pratique, je dégaine mon tube de Mustela.

Je pense de toutes manières que les deux seront entièrement amortis, sachant qu’après le bon mois de grossesse qu’il me reste, il faudra continuer à m’oindre au moins un mois après l’arrivée du bébé.

 

PS : j’ai lu que Mustela allait sortir un HUILE anti-vergetures. Pour la prochaine grossesse, mon produit ultime, ce sera peut-être celui-là.

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 15 février 2014
A 1 h 13 min
Commentaires : 0
 
 

Indispensables ?

On le sait tous, une femme enceinte est une cible marketing de premier choix.

 

Les enseignes savent bien qu’elle est déjà gaga de son petit bout qui n’est pas encore là, qu’elle veut lui offrir ce qu’il y a de meilleur et de plus mignon. Accessoirement, elle a envie de se faciliter la vie de future ou jeune maman avec des produits de puéricultures simple à l’emploi et efficaces. Et elle espère fort préserver son corps des dommages collatéraux de la grossesse.

 

Alors, elle est un peu assaillie de partout par des publicités et argumentaires qui racontent que des tas de choses sont indispensables.

 

Parfois, c’est vrai, parfois non, parfois, ça dépend des gens.

 

Sachant cela, je ne sais pas vous, mais moi, je me méfie des attrape-couillons. Parfois, trop, peut-être, car il m’arrive, à l’usage, de reconsidérer mes positions. Exemples.

 

- le coussin de maternité, alias remède miracle aux insomnies, alias le salvateur de l’allaitement-sans-crevasses.

Pour l’allaitement sans crevasses, je ne saurai vous dire, car si tout va bien, LittleOne ne doit pas pointer son nez avant plus d’un mois.

Pour les insomnies, en revanche, je m’incline : c’est le mi-mi, c’est le ra-ra, c’est le miracle.

Prise de sévères au cours de mon quatrième mois, j’avais en revanche tendance à me rendormir, épuisée, en éteignant mon réveil, le matin. Panique pour arriver à l’heure au boulot.

En désespoir de cause, j’ai cédé, et depuis, plus aucun souci. Tant qu’à faire, j’en ai pris un joli (Noukies).

Bilan : un grand oui pour le coussin de maternité.

 

- la crème anti-vergetures, alias la promesse de retrouver notre corps comme on l’a laissé avant que le bébé ne vienne y mettre le souk.

 

Il faut l’utiliser dès le début de la grossesse, avant de commencer à grossir, pour préparer la peau à ce qui l’attend. On ne sait donc jamais trop à l’avance si ça va fonctionner, mais la perspective des Zhorribles Vergetures est tellement insupportable qu’on se lance.

Honnêtement, j’ignore si je vais échapper aux Zhorribles ; pour l’instant, tout va bien, mais je ne suis pas encore arrivée à la période la plus critique.

En revanche, j’ai parfois ressenti l’impression désagréable que la peau de mon ventre allait casser, car trop remplie (à 4 mois et trois kilos de plus…). C’est désagréable et un brin flippant. Or, cette sensation a disparu depuis que je prends bien le temps de me tartiner consciencieusement de Mustela-mon-amour ou de Weleda-sois-béni dès le matin après la douche, et ce chaque matin (plus en rentrant du boulot quand c’est possible).

Bilan : moi qui n’ai jamais mis aucune crème de jour, de nuit, anti-âge, etc, de toute ma vie,  je ne déconne pas avec la crème antiZhorribles.

 

 

- le transat, alias « le miracle car bébé accepte de s’y endormir », alias « il n’a jamais voulu y aller » (alias, c’est pile ou face, en gros).

 

Perso, j’ai tranché : j’en ai pris un dans une brocante. Le bidule a immédiatement plu à Sacapus, qui a essayé d’y faire une sieste (et a fini par y réussir, un jour où on avait oublié de planquer l’engin).

Bilan : je ne sais pas si ça servira à LittleOne, mais au pire, pour ses 5 euros, le machin sera bien amorti par Sacapus, qui trouve l’ergonomie sympa, la matière attirante et la taille tout à fait adaptée à sa morphologie.

Si vous n’avez pas de Sacapus dans votre foyer, mais attendez votre premier enfant, au pire, dites-vous que si l’aîné se contrefout du transat, le ou les suivants seront peut-être plus motivés. Et qu’à tout prendre, vu le prix que ça coûte en brocante, vous ne prenez pas trop de risques.

chat et cie

J’ai en revanche parfaitement résisté aux arguments commerciaux en faveur :

- du babyphone. C’est pas trop mon délire (mais je comprends que ça puisse rassurer les anxieux, ou que ça puisse devenir vraiment utile si le bébé a certains soucis de santé).

- du couffin : c’est tentant, car c’est mignonissime, mais c’est surtout cher, et vu le temps que dure, voilà, quoi… (mais ma généreuse Mutti a tenu à se fendre d’une poussette avec nacelle, et la nacelle remplira très bien cet office)

- du nid d’ange, car je n’en ai pas trop compris l’intérêt. Mais j’ai deux gigoteuses, et je me tâte pour une troisième, car je viens de découvrir qu’il en existe des compatibles avec siège-auto (mais bon, j’en ai déjà deux, quoi).

- des humidificateurs d’air divers et variés : je ne crois pas qu’il en faille systématiquement. J’en prendrais un, évidemment, si la santé ou divers symptômes chez LittleOne amenaient le médecin à nous le conseiller.

- des magasines / bouquins orientés parentalitude : mon avis de pas experte, c’est qu’en cas de questions existentielles, entre le net et les copines, je devrais pouvoir me débrouiller.

 

Les ceux et celles qui veulent me détromper sont bien entendus très encouragés à le faire en commentaire, ce qui me permettra de me coucher un peu moins bête un de ces soirs.

 

De même, si vous avez aussi du petit matos indispensable à conseiller, ou des gadgets attrape-couillons à dénoncer, ne vous en prie, n’hésitez pas à éclairer ma lanterne en commentaires…

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 10 février 2014
A 19 h 27 min
Commentaires : 0
 
 

Maman et radine, chapitre 1 – Liste or not liste ?

Liste de naissance ou pas ?  La question se pose sérieusement.

Pour :

- on choisit ce dont on a besoin (de l’autre côté du miroir : on offre quelque chose qui va servir). On est sûrs de ne pas avoir cinquante doudous et soixante bodies taille 6 mois. On recevra de toutes manières déjà trop de doudous et de bodies taille 6 mois de la part des gens qui ne savaient pas qu’il y avait une liste ou n’ont pas voulu y participer.

- on choisit ce qu’on aime (de l’autre côté du miroir, on est sûr de faire plaisir aux gens). On n’a pas tous les mêmes goûts.

Exemple : j’ai déjà vu une maman de petit garçon balancer littéralement une peluche à travers son salon, sous prétexte qu’elle était bleue donc que c’était nul-convenu-cliché (je vous accorde que la dame en question avait clairement un problème).

- on se fait plaisir : on passe bien assez de temps dans la vie à faire attention à ce qu’on dépense et ce dans pas mal de domaine. Alors ça fait du bien de passer un moment sympa à jouer à la liste au Père Noël en commandant tout ce qui nous plaît. Ca peut en outre donner un petit coup de moral aux mamans à la santé ou au moral miné par la fatigue et les potentiels maux de grossesse.

art 2 - liste

Contre :

- votre mémé et votre grand-tante Huguette ne seront pas forcément à l’aise pour aller réserver un cadeau dans le magasin de la ZAC la plus proche (elles n’ont pas le permis), encore moins sur Internet. Ceci dit, no panic, votre mémé embauchera vos parents pour la tirer d’affaire. Quant à votre grand-tante Huguette, elle se contrefout de la liste : elle va tricoter un pull hideux tiré du Burda de l’année 1976, ou vous refourguer le premier cadeau (moche) qu’elle aura sous la main.

- vous allez emmerder vos potes radins qui ont déjà acheté des cadeaux en avance pendant les soldes ou diverses ventes privées. Je le sais, je fais comme eux.

- les gens qui ne sont pas habitués au principe risquent de vous trouver drôlement exigeants. Après, ils ne sont pas obligés de suivre la liste, ils ont toujours la possibilité de faire un autre cadeau (vous attendrez qu’ils aient le dos tourné pour les critiquer, dans l’intimité de votre couple).

 

Chez nous, on opte pour la liste. Parce que la carte bleue est momentanément très atrophiée par un achat de maison, et pour éviter les doublons avec ce que j’ai pu me procurer pendant diverses ventes privées ou brocantes.

 

Si chez vous c’est le cas aussi :

- dites-le à vos amis assez tôt, sans quoi une partie de votre entourage aura déjà acheté le cadeau avant d’apprendre l’existence de la liste.

- Préférez les enseignes qui font fonctionner leur liste un peu comme une grosse tirelire. En gros, vous avez mis la chaise haute sur la liste, mais finalement, votre cousine peut vous refourguer la sienne. C’est ballot. Mais pas de souci : même si quelqu’un a déjà misé sur la chaise haute de la liste, vous pouvez toujours utiliser l’argent pour autre chose.

- par diplomatie, n’emmerdez pas vos connaissances lointaines avec l’existence de votre liste. Votre famille proche et amis proches sont au courant, d’autres vous le demanderont peut-être (et c’est tout à leur honneur), mais laissez tranquilles la famille lointaine, les collègues ou les simples connaissances (à moins de glisser l’info vraiment subtilement). Si ceux-là font un geste, même si ça ne correspond pas à vos attentes, c’est déjà bien.

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 2 février 2014
A 19 h 27 min
Commentaires : 0
 
 

Bienvenue à tout le monde !

 

Lorsqu’on attend la cigogne, on se pose de multiples questions. Sur le futur bébé, mais aussi sur les informations multiples et parfois contradictoires que l’on reçoit presque en permanence. Tout y passe : santé, hygiène, achats présentés comme « absolument indispensables » ou comme « parfaitement inutiles ». Et on n’y voit pas toujours très clair.

Notre porte-monnaie est très souvent sollicité, pour des achats nécessaires comme pour des coups de cœur, et on se met en quête de bons plans.  

Notre corps change, on sent qu’il morfle un peu et voudrait bien l’aider.

Alors on s’entraide, on pose des questions aux copines, on va voir sur Internet, sur les forums, sur les blogs. On trouve des astuces, de bilans de tests, des récits d’expériences, et ça rend service.

Alors voici ma petite contribution.

Illus - petit - 1 - peluches

Dans : Non classé
Par lheuredelacigogne
Le 14 novembre 2013
A 18 h 36 min
Commentaires : 0
 
 
 

Isabelle et Thibaut |
Twobeclaro |
Yeswemaths |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Julestournierleblog
| Cabinet de Conseil conjugal...
| Le journal de bord d'u...